CPF, PTP, VAE, AIF, AFPR, POE… A chacun son dispositif pour financer sa formation

Fév 01, 2022
a.denoix

Comment s’y retrouver parmi les acronymes permettant aux cadres de couvrir leurs frais de formation pour évoluer, voire changer de métier ? Tour d’horizon.

Compte personnel de formation

Le CPF, qui a remplacé le Droit individuel à la formation (DIF), est sans doute le plus connu de tous ces dispositifs. Que vous soyez salarié ou indépendant, votre compte est accessible en ligne et se trouve crédité de 500 euros par année d’activité dans la limite de 5000 euros – davantage si vous êtes peu ou pas diplômé. Il peut servir à financer partiellement ou totalement une formation qualifiante sanctionnée par un diplôme ou un titre professionnel comme un bilan de compétences. Pour l’activer, vous devez choisir un prestataire agréé sur la plateforme. Si votre compte n’y suffit pas, vous pouvez régler le solde avec votre argent personnel ou solliciter votre employeur pour un coup de pouce.

Projet de transition professionnelle

Le PTP – également dénommé CPF de transition professionnelle – permet aux salariés du privé de financer une formation certifiante en lien avec leur projet de reconversion, tout en bénéficiant du maintien de leur salaire. Ainsi, un cadre en CDI gagnant plus de deux fois le smic pourra accéder au PTP à partir d’au moins vingt-quatre mois d’activité (dont douze dans la même entreprise) et percevoir 90 % de sa rémunération durant sa formation. Détail qui n’en est pas un : le montant de la prise en charge baisse à 60% au-delà de la première année.

Validation des acquis de l’expérience

La VAE a été conçue à l’intention des autodidactes, dont les compétences n’étaient pas reconnues jusque-là, faute de diplômes. La VAE permet de faire reconnaître son expérience professionnelle et d’obtenir une certification en passant devant un jury. Les candidats concernés aspirent généralement à accéder à des postes plus en adéquation avec leurs compétences, voire à l’encadrement.

Action de formation préalable au recrutement

L’AFPR s’adresse aux demandeurs d’emploi qui ont reçu une proposition de recrutement en CDD, intérim ou contrat de professionnalisation, mais ne disposent pas de toutes les compétences requises pour le poste envisagé. Financée et prescrite par Pôle emploi, l’AFPR est versée directement au futur employeur ou à l’organisme qui assure cette formation.

Préparation opérationnelle à l’emploi

Proche de l’AFPR, la POE intéresse aussi les demandeurs d’emploi ou en cours d’insertion qui souhaitent se former pour répondre aux exigences spécifiques de leur employeur. Pôle emploi finance ce dispositif s’il concerne un secteur en difficulté de recrutement et si l’employeur s’engage sur une période minimum de douze mois. Il peut être cofinancé par l’opérateur de compétences dont relève l’entreprise et doit concerner des CDD de plus de douze mois ou des CDI.

Aide individuelle à la formation

Instaurée par l’Etat, l’AIF représente une sorte de voiture-balai pour les personnes qui n’entrent dans aucune case. Versée par Pôle emploi, l’AIF cible en effet les demandeurs d’emploi ou les salariés bénéficiant d’un contrat de sécurisation professionnelle (CSP) ou de reclassement professionnel (CRP) qui ne trouvent pas d’autres dispositifs de financement pour se former.

Article rédigé le 24/01/2022 par Frédéric Brillet, dans L’Express

Si vous souhaitez discuter de votre projet de financement, rapprochez-vous de l’équipe ESCT dédiée :

– Pour suivre une formation dans notre centre ESCT de Paris-Montreuil, ou en E-learning : inscription-pro@esct.fr / 01 84 23 48 65 (du lundi au jeudi de 09h à 12h30 et de 13h30 à 17h et le vendredi de 09h à 12h30)
– Pour suivre une formation dans notre centre ESCT de Marseille : marseille@esct.fr / 04 84 89 41 45 (du lundi au jeudi, de 9h à 12h et de 14h à 17h et le vendredi, de 9h à 12h)

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.