Emploi et formation professionnelle

Sep 22, 2021
admin

Solidarités nouvelles face au chômage (Association SNC) publie un rapport visant à simplifier et renforcer l’accès des demandeurs d’emploi à la formation professionnelle.

En ce mois de rentrée, la formation professionnelle et l’emploi sont des sujets majeurs. Bien que l’on note une nette reprise des embauches dans de nombreux secteurs, beaucoup de métiers peinent tout de même à recruter. Ainsi, les demandeurs d’emploi et les salariés souhaitant se reconvertir ne parviennent pas à trouver de poste correspondant à leur qualification ou à leur aspiration professionnelle.

C’est dans ce contexte que l’association SNC – Solidarités nouvelles face au chômage, a publié mi-septembre un rapport visant à simplifier et renforcer l’accès des demandeurs d’emploi à la formation professionnelle, en proposant des pistes concrètes. En effet, se former relève d’un véritable “parcours du combattant” pour eux, pointe l’association : dispositifs mal adaptés, prolifération des offres de formation, multiplicité des interlocuteurs, manque d’incitation financière, etc.

Les freins à l’accès à la formation sont nombreux et ne favorisent donc pas de franchir le cap de se reconvertir et de se former.

Pôle Emploi : un interlocuteur-clé

“Aujourd’hui, sont principalement amenés à intervenir en matière de formation pour les chercheurs d’emploi : les conseils régionaux, les services de l’État, l’assurance chômage (Unédic), Pôle emploi et les opérateurs de compétences (OPCO). À ces acteurs, qui ont un rôle de prescripteur, de financeur et/ou d’opérateur, il faut ajouter les 15 000 organismes privés qui dispensent de la formation et les organismes de la sphère publique : AFPA et GRETA”, détaille SNC.

En résulte alors une multiplication et une dispersion de l’information qui demeurent « complexe et confuse » et qui freinent indubitablement l’accès à la formation.

SNC estime donc que Pôle emploi devrait être l’interlocuteur-clé pour aider les demandeurs d’emploi dans leur choix de formation : « Il sera nécessaire que Pôle emploi soit en mesure d’orienter véritablement les chercheurs d’emploi vers les formations les plus pertinentes au regard des résultats de retour à l’emploi observés à l’issue des formations. Cela nécessite également l’existence de répertoires exhaustifs et régulièrement actualisés des formations efficientes, c’est-à-dire en adéquation avec les besoins du marché du travail », précise Solidarités nouvelles face au chômage.

C’est également à Pôle Emploi d’assurer la fonction d’assembleur/interlocuteur unique” pour accompagner les demandeurs d’emploi pour financer leur projet de formation.

Les limites du CPF

Également, SNC pointe les limites du CPF – compte personnel de formation, qui permet à son bénéficiaire de choisir la ou les formations qu’il souhaite, en parfaite autonomie.

Pour les demandeurs d’emploi, ce dispositif « accroît les risques de choix non pertinents […] dans le souci de retrouver une activité au plus vite », signale l’association.

En sus, SNC précise que le CPF tend à exclure les personnes les plus éloignées de l’emploi, qui sont en décrochage numérique et ne peuvent donc pas évoluer sur la plateforme CPF.

La rémunération pendant la formation

De nombreux moyens existent pour pouvoir bénéficier d’une rémunération pendant la période de formation, mais là encore, tout le monde n’est pas éligible et cela requiert de nombreux critères.

« La non-attribution d’une rémunération pendant la formation constitue un obstacle au suivi d’une action : 11% des chercheurs d’emploi y renoncent pour ce motif, ne disposant pas des ressources nécessaires pour faire face à leurs besoins », constate SNC dans son rapport.

L’association appelle donc à garantir la rémunération et la prise en charge des coûts de formation pour les demandeurs d’emploi : « Il conviendrait que toute action de formation issue d’un conseil en évolution professionnelle (CEP) et logiquement inscrite dans le projet personnalisé d’accès à l’emploi (PPAE) soit automatiquement rémunérée et entièrement financée, frais annexes compris (transports, repas, hébergement) », détaille le rapport SNC.

Miser sur l’alternance

Enfin, l’association SNC souhaiterait développer les formations dans le cadre des préparations opérationnelles à l’emploi (POE). En 2019, elles ne représentaient que 15% des entrées en formation et sont réellement efficaces pour un retour rapide à l’emploi, en permettant à ses bénéficiaires de se préparer à leur prise de poste.

Elles sont donc à développer, en particulier dans les secteurs qui peinent à recruter : un candidat ayant besoin d’une simple adaptation de ses compétences pourra ainsi être retenu.

L’association estime également que Pôle emploi devrait plus souvent proposer des formations en alternance. « Pour ce faire, l’incitation à l’embauche d’alternants doit se poursuivre et s’élargir », recommandent les auteurs du rapport. Il s’agirait ainsi d’étendre cette aide à tous les contrats conclus avec une personne au chômage depuis un an, quel que soit son âge.

Pour lire le rapport complet de SNC « FORMATION PROFESSIONNELLE DES CHERCHEURS D’EMPLOI : SORTIR DU PARCOURS DU COMBATTANT ! », rendez-vous sur : https://snc.asso.fr/reseau-snc/publications

Toute l’équipe ESCT se tient à votre disposition si vous avez des projets de reconversion professionnelle et de formation en conduite de travaux BTP, à suivre en centre ou en E-learning avec notre plateforme BATILEARN. N’hésitez pas à prendre un premier contact avec nous, sur : inscription-pro@esct.fr

A très bientôt !