Interview de Blandine LE BESCOND

Mar 25, 2022
a.denoix

Découvrez l’interview de Blandine LE BESCOND, certifiée de la formation BAC+3 « Chargée d’Affaires BTP » en reconversion professionnelle à l’ESCT Paris-Montreuil

Pouvez-vous vous présenter ?

J’ai 39 ans. J’ai réalisé un BTS commerce international suivi d’une école de commerce jusqu’en BAC+4.
Pendant une quinzaine d’années, j’ai travaillé pour différents organisateurs de salons professionnels, en France et à l’étranger.

Ensuite, je me suis lancée en freelance et j’ai travaillé pendant deux ans et demi pour des agences événementielles en tant que directrice de production événementielle. Puis est arrivée la période de la Covid-19. Je me suis donc posée la question de ce que j’allais faire en attendant et pourquoi ne pas élargir le champ de mes compétences au secteur du BTP, domaine qui m’a toujours attiré.

Après quelques recherches, j’ai découvert l’ESCT. [petite coïncidence : je venais d’emménager à Montreuil, et il s’avère que le centre de l’ESCT Paris-Montreuil est à 300 mètres de chez moi, donc j’ai pris cela pour un signe].

Pourquoi avez-vous choisi de réaliser une reconversion professionnelle dans le secteur du BTP ?

J’aime bien avoir un métier concret où je vois les choses se faire. En fait, le BTP c’est comme l’événementiel, on part d’un projet, on recueille les besoins, on réalise des plans puis on voit l’évolution de la construction.

Pourquoi avoir choisi l’ESCT ?

L’ESCT proposait une formation continue et complète pour des personnes en reconversion. J’ai donc monté le dossier de financement avec la région Ile-de-France, puis, mon dossier a été accepté.

Qu’avez-vous pensé de votre formation à l’ESCT ?

Très intense, complète et professionnalisante. Ce n’est pas facile de repartir sur un rythme intensif et à temps plein tout en intégrant de nouvelles informations de manière continue et dans un domaine dans lequel je n’avais aucune connaissance.
On est tout de suite mis dans le concret avec de la théorie mêlée à la pratique. On a travaillé sur des études de projet qui m’ont permis de vite comprendre les enjeux d’un chantier sous tous les angles.

Quel est votre poste aujourd’hui et quelles sont vos missions ?

Durant ma formation, j’ai été contactée sur LinkedIn par la société VIPARIS, pour me proposer un poste de directrice technique adjointe au sein du service direction de l’exploitation technique du Palais des Congrès de Paris. C’est un poste qui me semblait intéressant car il mêlait à la fois l’événementiel et le bâtiment. J’ai donc accepté le poste et j’ai commencé après la fin de ma formation. Il s’agit d’une opportunité que je n’aurais pas eu la chance d’avoir si je n’avais pas suivi cette formation à l’ESCT.

Chez VIPARIS, j’ai principalement en charge la supervision de la mise en œuvre des prestations techniques pour les clients qui organisent leurs évènements chez nous, notamment toutes les installations de coffrets électriques, de signalétiques dynamiques sur écrans, de prestations d’aménagement et également toutes les prestations audiovisuelles dans nos salles de conférences et amphithéâtres.
J’ai aussi en charge la gestion des contrats prestataires, une partie des travaux liée à l’infrastructure du bâtiment, des demandes auprès des bureaux d’études ou de contrôle sur nos installations, de la veille technique (décrets, applications réglementaires).

Pouvez-vous nous parler de votre entreprise VIPARIS ?

C’est le leader de l’accueil d’événements en Europe, notamment au Palais des Congrès, site sur lequel je travaille, où l’on reçoit à peu près 230 évènements par an. Viparis accueille plus de 800 événements sur l’ensemble de ses sites, dont la porte de Versailles ou encore le Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte. : salons, congrès, spectacles, meetings politiques, événements sportifs etc…

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre travail ?

C’est la diversité des missions que j’ai. Le fait qu’il y ait beaucoup de terrain mais pas seulement. On a la chance d’avoir un site assez grand et multi activités, le Palais des Congrès accueille des congrès, salons, conférences, des spectacles au sein d’un amphithéâtre de 3400 places, une galerie commerciale et des salles de cinéma. Nous sommes donc amenés à travailler avec une multitude de publics et prestataires.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent réaliser une reconversion professionnelle ?

De savoir si on est prêt à s’investir dans la formation et de s’intéresser au bâtiment au-delà des cours. Il faut avoir conscience qu’à l’âge où l’on réalise cette reconversion, on est sorti du cadre scolaire donc ce n’est pas toujours simple.

En 2 mots, que représente pour vous l’ESCT ?

Compétence : on a des intervenants qui sont des professionnels et qui transmettent leurs connaissances en nous apportant leur vécu sur le terrain.
Diversité : à la fois dans ce que l’on apprend et dans ce que nous apportent les personnes qui suivent également la formation

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.